J’AI DES DOUTES | Vendredi 6 et Samedi 7 Mars à 20h30 | Carré Sévigné

HUMOUR / CESSON LA PLAISANTERIE. Textes Raymond Devos – Mise en scène et interprétation François Morel – Composition musicale Antoine Sahler

Vendredi 6 et Samedi 7 Mars 2020
20h30 | Carré Sévigné
Durée : 1h30
Tarifs : 28€ / 26€ / 24€
—————————————-
Musique et interprétation Romain Lemire ou Antoine Sahler
Assistanat à la mise en scène Romain Lemire
Lumières Alain Paradis
Son Camille Urvoy
Costumes Élisa Ingrassia
Poursuite Françoise Chapero
Conception, fabrication, mise en jeu des marionnettes Johanna Ehlert, Matthieu Siefridt — Blick Théâtre
Direction technique Denis Melchers
Production Les Productions de l’Explorateur, Châteauvallon – SN La Coursive – SN La Rochelle,
La Manekine – Scène intermédiaire des Hauts-de-France,
Production déléguée Valérie Lévy,
Coréalisation Théâtre du Rond-Point, Production pour les Concerts du Dimanche Matin
Photo © Manuelle Toussain

« Raymond Devos, Mesdames et Messieurs, est un miracle sur la scène du music-hall français. Il ne ressemblait à personne. Personne, plus jamais, ne lui ressemblera. C’est comme ça. Il faut se faire une raison. Même si on n’est pas obligé… de se faire une raison. Il est plus opportun en évoquant Devos de se faire une folie. Un grain de folie capable d’enrayer la mécanique bien huilée de la logique, de la réalité, du quotidien » François Morel

François Morel découvre Devos à Caen, dans les années soixante-dix. Il le voit, gruge l’entrée pour y retourner. Il occupe les marches, s’émerveille devant ce clown qui jongle avec tout, y compris la parole tel un sorcier merveilleux du langage. François Morel s’empare des textes de Raymond Devos, poèmes et calembours, pour tordre le monde. Il le retourne dans tous les sens pour voir s’il neige.

François Morel est lui aussi poète, farceur, amoureux des détails quand ils permettent de mieux comprendre le monde, pas étonnant qu’il fasse sienne cette oeuvre hors du temps consacrée à la vie, à la mort et à l’irrésistible absurdité qu’on trouve entre les deux.

Son tact pour évoquer « cet amour de jeunesse », son plaisir du verbe et sa propension à flirter avec la poésie, subliment les textes de Raymond Devos. Ses mots accompagnés au piano par Antoine Sahler chantent. Un moment d’humour rare où l’incarnation de l’artiste sans imiter le maître vient d’être salué par le public et les professionnels en lui attribuant le Molière 2019 du meilleur comédien dans un spectacle de théâtre public.

Une réussite due à l’alchimie parfaite entre l’absurdité poétique de Raymond Devos et la sensibilité lunaire d’un François Morel capable de réinventer des sketchs. Télérama